Severiano de Heredia

L’incroyable destin de Severiano de Heredia

severiano.jpgL’incroyable destin de Severiano de Heredia: Ce mulâtre cubain que Paris fit ‘maire’ en 1879, et la République, ministre en mai 1887.

Severiano de Heredia est fils, d'après son acte de baptême du 4 janvier 1837 en la paroisse San Jesus del Monte (9e livres des baptêmes des pardos), de Henri de Heredia et Beatrice de Cardenas, tous deux de couleur, libres  ; il eut comme parrain don Ignacio Heredia y Campuzano (1794-1848); il est baptisé en tant que « mulâtre, né libre ».

Ignacio Heredia y Campuzano, son parrain, avait épousé une Française Mageleine Godfray dont il n'eut pas, semble-t-il, de descendance; il serait d'après certaines sources le père naturel de Severiano (qui serait alors le cousin germain direct de José María Heredia (1803-1839), le célèbre poète cubain, et le cousin issu de germain de José-Maria de Heredia, le poète français auteur des Trophées). Ignacio Heredia y Campuzano assuma en tout cas l'éducation de son fils adoptif l'envoyant en France à l'âge de 10 ans. Severiano fit de très brillantes études au lycée Louis-le-Grand où il reçut en 1855 le grand prix d'honneur du lycée; il composa plusieurs nouvelles et essais poétiques ; son parrain Ignacio Heredia fit de lui son héritier le mettant à l'abri du besoin.

Lire la suite

×